Quelles applications du SIG ?

Un accès en ligne

Accessible via Internet, sans installation préalable de logiciel, le SIG de la Communauté de communes Provence Verdon est utilisé quotidiennement par les agents communaux et intercommunaux pour :
  • se repérer,
  • visualiser différents réseaux, constructions ou divers aménagements,
  • analyser les évolutions de l’urbanisation, consulter le zonage des différents documents d’urbanisme (POS, PLU, carte communale),
  • informer les administrés, etc.
Extrait de la page d’accueil du logiciel de visualisation du SIG

200 couches disponibles

Parmi les couches actuellement disponibles sur le SIG, il y a par exemple :

  • les photographies aériennes (orthophotographies) issues de l’IGN1 (de 1998 à 2014)
  • les parcelles cadastrales numérisées et les données propriétaires
  • le zonage et les règlements des documents d’urbanisme (POS2, PLU3, carte communale)
  • les Servitudes d’Utilité Publiques
  • les zones soumises à autorisation de défrichement
  • les réseaux d’adduction d’eau potable et d’assainissement
  • le réseau de la Société du Canal de Provence (SCP)
  • l’Atlas des Zones Inondables
  • les réseaux ERDF4, GRDF5 et RTE6
  • les fonds de carte de l’IGN (SCAN 25)
  • des cartes historiques (1825-1963)

     Cadastre numérisé, Saint Julien       Extrait du zonage du PLU,  Brue-Auriac     Servitudes d'utilité publiques,Varages

                                           Orthophoto IGN de 1998 - commune de Tavernes - orthophoto IGN de 2014

Un outil à disposition des agents

Développé en parallèle d’un logiciel de gestion des autorisations du droit des sols (ADS), le SIG permet également d’accéder à tous les dossiers de demande d’autorisation (permis de construire, déclarations préalables…) déposés sur une parcelle cadastrale.

Grâce à cet outil, les agents communaux et intercommunaux sont donc en mesure de connaître tous les éléments applicables sur une parcelle en quelques clics (règlement du POS2 ou PLU3, zones soumises à autorisation de défrichement, périmètres de protection des monuments historiques, emplacements réservés…) sans avoir forcément recours aux plans papier.